Skip to content

AVEC LES FUTURS CHEFS D’UNITÉ CYNO EN STAGE AU ROVE

FORMATION

C’est l’une des nombreuses spécialités atypiques des sapeurs-pompiers : la cynotechnie, ou l’art de ne faire qu’un avec le meilleur ami de l’homme pour des situations où ni l’homme ni la technologie ne peuvent remplacer le flair canin.

Ce jeudi 24 septembre, pas moins de sept Services d’incendie et de secours étaient représentés pour une journée d’examen venant conclure ce stage de chef d’unité CYNO, organisé par l’entente Valabre et par les Pompiers13.

La Gironde, le Puy-de-Dôme, la Savoie, la Moselle, le Pas-de-Calais mais aussi le Service départemental-métropolitain d’incendie et de secours (SDMIS) et la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) étaient ainsi réunis auprès de leurs fidèles compagnons sur un site désaffecté de la commune du Rove, afin de tester leur savoir-faire en conditions réelles.

Au programme, plusieurs mises en situation au cours desquelles chaque candidat se mettait dans la peau du chef d’unité cynotechnique et avait pour rôle d’encadrer des missions de recherche de victimes disparues ou ensevelies sous des décombres.

Ayant déjà tous une certaine expérience en tant que conducteur CYNO, ces derniers étaient évalués sur leur capacité à établir, après prise de renseignements auprès du Poste de commandement, une idée de manœuvre et à engager ou non des maîtres-chiens selon les informations dont ils disposent.

Ces examens se déroulaient sous l’encadrement de l’adjudant-chef Thierry Diologent, Conseiller technique cynotechnique départemental, et du sergent-chef Sandrine Ridet, spécialiste CYN 3, ainsi que de l’entente Valabre qui supervisait le stage.

Interrogé sur l’apport d’un tel stage pour les conducteurs cynotechniques, Thierry Diologent souligne l’importance du chien sur, par exemple, des missions de recherches de personnes disparues ou ensevelies, qui permet « une rapidité d’intervention et de recherche » qui n’est pas permise avec de simples moyens humains et matériels. Côté stagiaires, on retiendra de cette expérience une véritable cohésion interservices et la possibilité de travailler aux côtés d’unités et de chiens venus de toute la France pour l’occasion. Des stages toujours bénéfiques et « qui permettent de faire évoluer la spécialité », comme le précise le sergent-chef Charron, de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Les Pompiers13, quant à eux, participeront à de nouveaux exercices d’ici la fin de l’année, et pourront à cet effet compter sur Rhéa, chiot berger allemand de 4 mois, qui assurera la relève d’Hélios, 8 ans qui prendra prochainement une retraite bien méritée.

Avec les futurs chefs d’unité Cyno en stage au Rove

REJOIGNEZ LES POMPIERS13

Avertissement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin que le Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône analyse le trafic du site pompiers13.org.