Skip to content

HOMMAGE À NORBERT SAVORNIN, JEAN GARAT ET MICHEL ESCALIN

COMMUNICATION

Un an. C’est si court, et c’est si long. C’était presque hier, ce 1er décembre 2019. Cela fait une année que Norbert Savornin a péri dans le crash de l’hélicoptère de la Sécurité civile, avec le pilote Jean Garat et Michel Escalin le mécanicien opérateur de bord. Tous trois allaient assurer des missions de reconnaissance et de secours dans le Var, martyrisé par la météo et des pluies diluviennes.

Ils rentraient d’ailleurs de plusieurs sauvetages, notamment dans le Vaucluse, ce jour-là. Mais dans le Var, ils n’y arriveront jamais. Leur hélicoptère s’est écrasé dans les collines du Rove, au cœur de la nuit. L’appareil était découvert à 1h15 du matin, avec les corps sans vie de Jean, de Michel et de Norbert. Jean Garat était aux commandes du Dragon. Ce pilote expérimenté de 44 ans, marié et père de trois jeunes enfants, avait passé la première partie de sa carrière au sein de l’Armée de l’air. Ce professionnel aguerri avait aussi été instructeur de vol, avant de rejoindre la base aérienne de Nîmes-Garons. Il avait plus de 4 000 heures de vol à son actif. Michel Escalin, le mécanicien opérateur de bord de l’hélicoptère, était tout aussi expérimenté. A 47 ans, ce père de trois enfants avait servi comme mécanicien de bord dans l’Armée de terre, avant de devenir contrôleur puis de rejoindre la base de Nîmes-Garons comme mécanicien opérateur de bord. C’était un équipier solide, tout comme Norbert Savornin, le troisième occupant de Dragon 30. Norbert Savornin, « Nono », adjudant chez les Pompiers13, ce soldat de la vie reconnu par ses pairs, ce personnage au caractère bien trempé et si généreux, ce spécialiste aussi, qui avait rejoint le secours nautique et les plongeurs sauveteurs héliportés, les PSH, ce groupe d’élite projeté dans les airs pour effectuer les sauvetages les plus délicats. Norbert était un grand professionnel, dont on admirait les qualités humaines et le sens de l’engagement. Il était marié, et père de deux enfants.

Pour garder intact le souvenir de ces trois héros, une cérémonie d’hommage s’est tenue sur les lieux du crash, dans les collines du Rove, un an après le drame, ce 1er janvier 2020. Cet hommage a rassemblé, autour des familles des victimes, Alain Thirion le directeur général de la Sécurité civile et de la gestion des crises, Christian Chassaing représentant le préfet Christophe Mirmand, Martine Vassal présidente du Département et de la Métropole, Richard Mallié président des Pompiers13, le colonel Grégory Allione directeur départemental du Sdis 13 et Bernard Schifano, président de l’Union Départementale Pompiers13. Plusieurs élus étaient présents également, notamment Georges Rosso maire du Rove.

Cet hommage solennel, en présence également des camarades des trois victimes, était l’occasion de découvrir la stèle installée sur les lieux de l’accident. Un hélicoptère et un casque en métal, dressés vers le ciel. Une stèle qui veillera sur ce lieu de mémoire et rappellera le sacrifice de trois héros du quotidien, qui ont perdu la vie en allant sauver celles de leurs concitoyens. C’était il y a un an, et c’est si court, un an. Ce 1er décembre 2019, c’était presque hier.


RETOUR EN VIDÉO


RETOUR EN IMAGES

Hommage aux victimes du Dragon 30

REJOIGNEZ LES POMPIERS13

Avertissement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin que le Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône analyse le trafic du site pompiers13.org.