Skip to content

MARDI 4 AOÛT : L’ENFER SUR LA CÔTE BLEUE

OPÉRATIONNEL

C’était un début de semaine classée à haut risque pour les sapeurs-pompiers du département. Malgré un important dispositif préventif mis en œuvre dès le dimanche 2 août, le scénario tant redouté par les acteurs de la lutte contre l’incendie s’est produit.

16h09. Il est 16h09, ce mardi 4 août, lorsque les premiers moyens sont engagés sur la commune de Port-de-Bouc. La veille, un premier avertissement avait été donné sur la commune de Coudoux, où un incendie parcourait près de 15 hectares et mobilisait 300 sapeurs-pompiers, avant d’être rapidement maitrisé.

Ce mardi, le scénario est différent : les premiers retours radio font état d’une épaisse colonne de fumée et de nombreuses habitations menacées. Sur zone, comme annoncé, des rafales de vent à près de 100 km/h ne font qu’aggraver la situation.

Très vite, 65 engins sont mobilisés et luttent d’arrache-pied pour contenir le sinistre. Canadairs, Dash et Hélicoptères bombardier d’eau (HBE) renforcent le dispositif et permettent de soulager les soldats du feu au sol et de limiter les dégâts.

Malgré tous ces efforts, le feu de forêt réussit à parcourir près de 130 hectares avec une interface urbaine et industrielle importante. De nombreux véhicules légers et poids lourds sont détruits par les flammes, des maisons individuelles et leurs dépendances sont touchées, au même titre que plusieurs entreprises et leurs stockages extérieurs : les détonations se font entendre à plusieurs kilomètres et obligent les populations à évacuer la zone.

17h14. Alors que le pire semblait déjà s’être produit, à quelques kilomètres de là, une nouvelle colonne de fumée interpelle les sapeurs-pompiers sur la commune de Martigues. Dans le secteur de la Gacharelle, la pinède est en flammes. Situés à proximité, les avions bombardiers d’eau ne suffiront cette fois pas à limiter la propagation du feu.

Le vent et la chaleur de ces derniers jours ne laissent que peu de chance aux centaines de Pompiers13 sur place, appuyés par des colonnes extra départementales venus de toute la France et par les marins-pompiers de Marseille. Très vite, ce sont des centaines d’hectares de végétation qui partent en fumée et menacent les quartiers de la Couronne ainsi que la commune de Sausset-les-Pins.

Grâce à une mobilisation sans faille des acteurs du secours et à une collaboration interservices toujours aussi importante, près de 2700 personnes seront évacuées des campings et des zones d’habitations menacées par ce que l’on pourrait qualifier de monstre de flammes.

Le soir, n’ayant pas d’autre issue que de se réfugier sur les plages, de nombreux habitants étaient évacués par voie maritime sous l’égide de la CROSS MED et avec l’aide des policiers présents sur place.

Un cauchemar qui terminait donc sa course sur les plages des Tamaris et de Sainte-Croix, ravageant près de 1025 hectares de végétations ainsi que tout ce qui était sur son passage : deux campings seront entièrement détruits, et 54 habitations impactées dont 5 fortement endommagées. Si le bilan matériel est lourd, les Pompiers13 peuvent se féliciter d’un bilan humain quasi nul : la bonne conduite des évacuations et le respect des règles de sécurité auront permis de ne compter aucune victime civile et seulement 14 sapeurs-pompiers légèrement blessés en intervention. 15 maisons, plusieurs entrepôts, des stocks extérieurs et de nombreux véhicules ont été préservés grâce à l’organisation des secours : la valeur du sauvé illustrée en quelques lignes.

Dans un même temps, sur la commune d’Aubagne, un autre départ de feu mobilisera près de 130 sapeurs-pompiers, appuyés par 3 Hélicoptères bombardiers d’eau et 1 avion bombardier d’eau, faisant craindre le pire à nouveau. L’action conjointe des moyens terrestres et aériens permettra cette fois de limiter le sinistre à une dizaine d’hectares de végétation, sans faire de dégât matériel.

Ce mardi 4 août, les Pompiers13 redoutaient le pire. Ce mardi 4 août, ils ont connu le pire : de multiples départs de feux en quasi simultanée, sur des zones sensibles et portés par des conditions météorologiques des plus défavorables. Des conditions qui se poursuivaient le lendemain, avec de nombreuses reprises notamment sur le secteur de Martigues, mais aussi un nouveau départ de feu sous le plateau de Vitrolles, qui détruira près de 10 hectares de végétation à son tour. Grâce à une mobilisation exceptionnelle et à l’appui de 13 colonnes de renforts venues de la France entière, d’une colonne du BMPM, de deux groupes d’appui et deux détachements de l’UIISC7, sans oublier les moyens aériens mobilisés jusqu’au mercredi, les dégâts ne seront que matériels et plus d’un millier d’hectares ont pu être préservés.

Mardi 4 août : l’enfer sur la côte bleue.

REJOIGNEZ LES POMPIERS13

Avertissement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin que le Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône analyse le trafic du site pompiers13.org.