Skip to content

ÉTOUFFEMENT - SUFFOCATION

ÉTOUFFEMENT - SUFFOCATION

Touchant particulièrement les jeunes enfants, les risques d’étouffement et de suffocation se retrouvent également chez les adultes, notamment lorsqu’un corps étranger est avalé de travers. Ces accidents sont à prendre très au sérieux au vu des graves conséquences qu’ils peuvent entraîner. Découvrez la conduite à tenir lors d’une situation d’obstruction des voies aériennes.

On parle d’étouffement lorsqu’un corps étranger extérieur vient obstruer les voies aériennes et empêcher une personne de respirer correctement. La suffocation concerne une situation où l’obstruction des voies aériennes est provoquée par un objet extérieur (sac en plastique, placard fermé, matelas ou couverture).

Dans les deux cas, la victime va se retrouver en grand danger si rien n’est fait dès les premières secondes d’obstruction.

QUE FAIRE FACE À UNE VICTIME D'ÉTOUFFEMENT OU DE SUFFOCATION

Il faudra dans un premier temps distinguer s’il s’agit d’une obstruction partielle ou totale des voies aériennes.

Dans le cas d’une obstruction partielle, la victime peut parler, crier ou tousser et arrive à respirer malgré de fortes difficultés.

Dès lors, vous devez :

  • L’installer dans la position la plus confortable pour elle.
  • Lui demander de tousser pour tenter de faire ressortir le corps étranger.
  • Alerter les secours et demander un avis médical.
  • Surveiller l’évolution de son état.

Dans le cas d’une obstruction partielle, vous ne devez pas appliquer les mêmes gestes que pour une obstruction totale. L’état de la victime risquerait de s’aggraver.

Dans le cas d’une obstruction totale, aucun son ne sort de la bouche de la victime qui ne peut ni parler ni crier. Généralement, la victime va très vite s’agiter avant de devenir bleue puis de perdre connaissance. La victime est alors directement menacée par le manque d’oxygène.

Dès lors, vous devez :

  • Pencher légèrement vers l’avant la victime et lui donner une à cinq claques entre les omoplates.
  • Si rien ne se passe, administrer une à cinq compressions au niveau abdominal pour un adulte ou un enfant et au niveau thoracique pour un nourrisson, un adulte obèse ou une femme enceinte.
  • Répéter ces deux cycles jusqu’à l’apparition de signes respiratoires (toux, cris, pleurs) ou jusqu’au rejet du corps étranger.

Si la manœuvre est efficace, le corps étranger est rejeté, vous devez alors :

  • Mettre la victime dans une position qui lui est confortable.
  • Desserrer tout vêtement qui pourrait la gêner.
  • Alerter les secours (18 ou 112).
  • la rassurer et surveiller son état.

Si la manœuvre ne fonctionne pas, la victime risque de perdre connaissance, vous devez alors :

  • L’allonger sur le sol.
  • Alerter les secours (18 ou 112).
  • En l’absence de pouls, réaliser un massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours.
  • Après chaque cycle de compressions, vérifier la présence du corps étranger dans la bouche de la victime et le retirer s’il est présent.

RÉALISATION DES GESTES DE PREMIERS SECOURS

Les claques dans le dos, tout comme les compressions, sont des gestes simples à réaliser qui peuvent sauver une vie en quelques secondes. Il est donc important de les maîtriser.

CLAQUES DANS LE DOS

CHEZ LES ADULTES ET LES GRANDS ENFANTS

  • Mettez-vous sur le côté et légèrement en retrait de la victime.
  • Placez une main en soutien du thorax.
  • Penchez la victime légèrement en avant.
  • Administrez 1 à 5 claques relativement puissantes entre les deux omoplates avec la paume de la main ouverte.


CHEZ L’ENFANT

  • Mettez-vous en position assise.
  • Installez la victime sur sa cuisse, face vers le sol.
  • Administrez 1 à 5 claques relativement puissantes entre les deux omoplates avec la paume de la main ouverte.


CHEZ LES NOURRISSONS

  • Installez la victime à califourchon sur son avant-bras, face vers le sol.
  • Tenez la tête de la victime avec vos doigts de part et d’autre de la bouche, sans forcer sur la gorge.
  • Inclinez la victime de manière à ce que la tête soit plus basse que le thorax.
  • Administrez 1 à 5 claques entre les deux omoplates avec le talon de la main ouverte.

COMPRESSIONS THORACIQUES

CHEZ L’ADULTE ET L’ENFANT

  • Installez-vous debout ou à genoux (chez l’enfant) contre le dos de la victime.
  • Faites passer vos bras sous les bras de la victime, de chaque côté de la partie supérieure de l’abdomen.
  • Penchez la victime en avant.
  • Placez votre poing sur la partie supérieure de l’abdomen, au creux de l’estomac, au-dessus du nombril.
  • Mettez une main sur l’autre et ne pas forcer sur les côtes.
  • Tirez franchement en exerçant une pression vers l’arrière et vers le haut.
  • Administrez 1 à 5 compressions en relâchant l’abdomen entre chacune.

En cas d’impossibilité d’encercler la victime avec ses bras :

  • Mettez-vous derrière la victime.
  • Placez vos avant-bras sous les bras de la victime, encerclez sa poitrine.
  • Mettez votre poing au niveau du sternum, sans forcer sur la pointe inférieure.
  • Placez votre autre main sur la première, sans forcer sur les côtes.
  • Tirez en exerçant une pression vers l’arrière.
  • Administrez 1 à 5 compressions.

CHEZ LE NOURRISSON  

  • Après les claques, placez son avant-bras sur le dos du nourrisson, main maintenant sa tête.
  • Retournez-le pour qu’il ait son visage côté ciel.
  • Posez son avant-bras, sur lequel le nourrisson repose, sur sa cuisse.
  • Placez deux doigts d’une main dans l’axe du sternum, un doigt de travers au-dessus d’un repère constitué par le bas du sternum, à la jonction des dernières côtes.
  • Doigt au-dessus d’un repère constitué par le bas du sternum, à la jonction des dernières côtes.
  • Administrez 1 à 5 compressions profondes et successives.

Pour une victime consciente présentant une obstruction totale des voies aériennes, le secouriste peut réaliser des compressions similaires à celles administrées lors d’un massage cardiaque afin de faire ressortir le corps étranger.

REJOIGNEZ LES POMPIERS13

Avertissement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin que le Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône analyse le trafic du site pompiers13.org.